Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : MesMotsRamdam-En-Algérien
  • MesMotsRamdam-En-Algérien
  • : Je Vous dis Bienvenue ! Mais d'ICI, amis vous sortirez tripes retournées par les chefs et méchefs dont souffre, Algérie, LDZAYR...
  • Contact

On ne se demande plus où va Algérie... On sait où elle s'en est allée, au Diable et à Vau l'Eau, on se demande si elle va en revenir en Diable ou à Vélo !

Recherche

Texte Libre

Archives

21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 16:31

 

Et vint Avril 1980...

Par  |  | 
En ce printemps-là de l'an 1980, on avait vingt ans...

Vingt temps pour entendre, pour lire, pour apprendre, pour comprendre, pour disserter, pour rire, pour aimer, pour espérer, pour rêver un pays de rêve, de science et de savoir, de progrès, de célébrité, de liberté. En 1962, toutes les filles s'appelaient Houria dans leur pays enfin en liberté, pays d'Hommes Libres, d'Imazighen, pour tous les Algériens... Elles avaient vingt ans, vingt ans !

En 1980, fleur de l'âge pour les fleurs de la vie. Vingt ans après avril 1980 de nos vingt ans, on ne sait plus dire vingt ans. On dit vingt tonnes ! Tellement les jeunes années pèsent déjà, et la langue pâteuse lourde à s'exprimer. Et les Houria de nos vingt ans sont en passe de devenir des houriates pour les vains temps des hommes à venir... Vingt ans après avril 1980 de nos vingt ans, sont toujours là les empêcheurs de vingt temps, les faiseurs de vains temps...

Pourquoi ? Parce que, de Boabdil à Bouguenour on a le syndrome de Cordou et de Grenade... Boabdil, le dernier roi musulman de Grenade (Espagne maure) fut envoyé en exil par les catholiques en 1492 (Reconquista). Il se mit à pleurer... Ne pleure pas comme une femme un royaume que tu n'as pas pu défendre comme un homme, lui avait dit sa mère... Auparavant déjà, en 1236 Cordoue, la capitale andalouse, avait été reprise par Ferdinand III de Castille. Soit, pour les Héritiers de ces déboires historiques, une blessure quasi narcissique pour avoir perdu un Empire occupé pendant sept siècles.

Aussi l'Etat algérien, à l'image de ses chefs putschistes, dépositaires autoproclamés des regrets et de toutes les velléités de renaissance arabomusulmane, il a développé en Algérie un stéréotype de conduite atavique comme un bouclier (et même une épée) pour se prémunir de cette fatale "reconquista" dont lui semble porteuse la revendication de l'identité de thamazight en Algérie. Tout ce qui se décide en politique, y compris la politique étrangère et diplomatique procède de cette préoccupation à la limite de la paranoïa, avec les dégâts multiples qui s'en suivent, comme de cette maladie.  

Bonne fête aux hommes et femmes libres. Cf le lien  link

Partager cet article

Repost 0
Published by YusfHebib - dans ALGEROPOLITIQUE
commenter cet article

commentaires